MALADIES INFECTIEUSES – PATHOLOGIES.

Offres et demandes d’emplois

Cours en ligne.

Retenons : 

MALADIES INFECTIEUSES :

Actinomycose, affections de la mâchoire, cou et langue, spécifique du bétail comme de l’homme.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Patient atteint d’actinomycose sur le côté droit de son visage.


Blennorragie.

MALADIE INFECTIEUSE.

Aspect de la BLENNORAGIE chez l’homme :

Émission de pus  par le méat urinaire ; signe d’une gonorrhée chez l’homme


Choléra

MALADIE INFECTIEUSE.

Symptôme Diarrhée et vomissement

Description de cette image, également commentée ci-aprèsVibrio cholerae observé en microscopie électronique à balayage

Individu atteint de déshydratation à la suite du choléra.

Choléra, l’aspect d’une diarrhée.

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à une bactérie, Vibrio choleræ, qui se transmet par voie directe fécale-orale ou par l’ingestion d’eau et d’aliments contaminés.


Coqueluche.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Jeune garçon toussant fortement, infecté par la coqueluche.


Croup.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Signe du clocher sur une radiographie du cou d’un enfant, typique du croup.


Dengue.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Symptômes caractéristiques de la dengue


Diphtérie.

MALADIE INFECTIEUSE.

Aspect de la pathologie :  Œdème du cou caractéristique.

Description de cette image, également commentée ci-après


Dysenterie.

MALADIE INFECTIEUSE.

La bactérie shigella, à l’origine d’épidémies de dysenterie

Résultats de recherche d'images pour « dysenterie »


Erysipèle. 

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Érysipèle de la face.

Aspect typique d’un érysipèle autour de l’oreille.


Fièvre aphteuse.

MALADIE INFECTIEUSE.

Virus de la fièvre aphteuse.


Fièvre glandulaire.

MALADIE INFECTIEUSE.

La mononucléose

Aussi appelée fièvre glandulaire, maladie du baiser ou « mono », la mononucléose est une infection virale qui se transmet essentiellement à travers la salive. Il s’agit d’une maladie qui peut apparaître à tous les âges, mais l’enfance et l’adolescence sont des périodes particulièrement à risque.

Parmi les principaux symptômes de la mononucléose, on compte : des maux de tête, une fatigue extrême, une perte d’appétit, et parfois des douleurs musculaires généralisées.

couple amour


Fièvre jaune.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Une micrographie au microscope électronique du virus de la fièvre jaune (234,000 X)


Fièvre de malte.

ou BRUCELOSE

MALADIE INFECTIEUSE.

  • Maladie infectieuse due à une bactérie aérobie Gram négatif du genre Brucella.
  • C’est une anthropozoonose, ce qui signifie maladie transmise de l’animal à l’homme . Elle très fréquente dans les régions méditerranéennes.
  • Il y a plusieurs types selon l’animal d’origine : les bovins (brucella abortus bovis), les chèvres (brucella melitensis), les porcs (brucella abortus suis).
  • Elle est transmise par voie cutanée chez les éleveurs qui sont au contact permanent avec ces animaux, et par voie digestive lorsqu’on consomme des produits artisanaux à base de laitages frais ou des fromages au lait cru.

Image associée

Très petits bacilles gram – souvent coccoïdes, de culture difficile mais forts résistants dans le milieu extérieur.


Fièvre récurrente.

MALADIE INFECTIEUSE.

Image associée


Fièvre typhoïde.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Taches roses sur la poitrine d’un patient atteint de la typhoïde.


Hydrophobie ou rage.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Chien atteint de la maladie de la rage.

Micrographie au microscope électronique à transmission montrant de nombreux virions de la rage (petits bâtonnets gris sombre) et des corps de Negri(inclusions cellulaires plus larges pathognomoniques de la rage.


Influenza ou grippe.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Virions grippaux (Myxovirus influenzae) quittant leur cellule hôte, grossis cent mille fois.
Cliché de microscopie électronique en transmission issu de la bibliothèque d’images de Santé publique du Center for Disease Control


Kala-azar

Ou :  leishmaniose.

MALADIE INFECTIEUSE.

Cycle parasitaire du phlébotome

Description de cette image, également commentée ci-après

Parasite lié à la maladie :

Phlebotomus sp. mâle.


Lèpre.

Ou : (maladie de Hansen)

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Arran Reeve, un homme de 24 ans affecté par la lèpre


Malaria.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Frottis sanguin révélant la présence du parasitePlasmodium falciparum ayant la forme d’anneaux à l’intérieur d’hématies humaines.


Méningite cérébro-spinale infectieuse 

Ou : fièvre cérébrospinale.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Attitude évocatrice d’une raideur de nuque au cours d’une méningite.

Complications précoces

Gangrène partielle des membres supérieurs au cours d’une méningite à méningocoque chez un nourrisson.

Virus : De nombreux virus peuvent être responsables de méningite, comme des entérovirus

Visualisation des entérovirus en microscopie électronique.


Morve.

MALADIE INFECTIEUSE.

L’agent causal de la morve est la bactérie Burkholderia mallei

Description de cette image, également commentée ci-après

Colonies de Burkholderia mallei sur du sang de mouton dans une boîte de Petri.


Oreillons.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Enfant atteint des oreillons


Paralysie infantile 

Ou :

Polyomyélite.

MALADIE INFECTIEUSE.

Description de cette image, également commentée ci-après

Enfant présentant une amyotrophie du membre inférieur droit due à la poliomyélite.


Peste.

MALADIE INFECTIEUSE.

Yersinia pestis, ici vue avec un grossissement de 200 en fluorescence. Cette bactérie portée par les puces est responsable des différentes manifestations de la peste.


MALADIE INFECTIEUSE.
Description de cette image, également commentée ci-après
Nodules périarticulaires au coude chez un enfant atteint de pian, infection due à la bactérie spirochèteTreponema pertenue.

Pustule charbonneuse

Ou :

Maladie des trieurs de laine.

MALADIE INFECTIEUSE.

Maladie du charbon

Description de cette image, également commentée ci-après

Microphotographie d’une coloration de Gram de la bactérie Bacillus anthracis, responsable de la maladie du charbon.


Rhumatisme articulaire aigu

Ou :

Fièvre rhumatismale. 

MALADIE INFECTIEUSE.

Image associée

Rhumatisme articulaire pieds

revmatoidnyj-artrit-foto-2

Rhumatisme articulaire mains


Rougeole.  

MALADIE INFECTIEUSE.

Résultats de recherche d'images pour « Rougeole wikipédia »

Exanthème morbilliforme, éruption typique de rougeole

Énanthème de la rougeole.

Publié dans PATHOLOGIES | Laisser un commentaire

La vie de Gérard Remond « Thanatopracteur » la mort au quotidien.

Métiers à l’index.  (Archives)

La vie de Gérard « Thanatopracteur » la mort au quotidien.


Ce père de famille a effectué près de 20.000 opérations de conservation de corps depuis ses débuts. Macabre vu de l’extérieur. Valorisant pour ce spécialiste qui a conscience de jouer un important rôle social.


Faire de la mort sa profession en le vivant au quotidien !  Insensé, inhumain… Voire surhumain ou carrément macabre, penseront certains.

Dur métier, en effet, que d’accompagner, les défunts de leur dernier soupir à leur dernière demeure, en faisant en sorte de laisser les familles sur une dernière impression aussi rassérénante que possible dans un tel contexte.

Ce pari, des hommes, les thanatopracteurs, le tiennent à longueur d’année.

« Les enfants, on ne s’y fait jamais »

« On ne choisi pas ce métier par vocation, on y vient pas par hasard », confie Monsieur Gérard Remond, qui redonne vie aux morts » depuis près  de vingt ans maintenant au sein de la SOTHAM (société de Thanatopraxie Méditerranée).  » Mais on est fait ou pas fait pour l’exercer » . La première fois, je me suis dit « je ne tiendrai jamais », et puis j’ai persisté. On reste notamment par amour du résultat. Quoi de plus émouvant que d’entendre un père ou une mère dire d’un être cher « on a l’impression qu’il dort « , en le découvrant sur son lit de mort. La satisfaction des familles est la plus gratifiante des motivations et la plus belle des récompenses. Nous nous sentons vraiment utiles ».

Au rythme de 80 par mois, ce père de famille de 42 ans a réalisé près de 20.000 opérations depuis le début de sa carrière. « Il n’y a pas d’âge pour le chagrin quand il s’agit des siens. Mais, pour nous le plus pénible est d’être confronté à des enfants : on ne s’y fait jamais, surtout quand on en a soi-même ».

Pas cher payé…

Les thanatopracteurs opèrent aussi bien à domicile, où ils débarquent avec leur petite mallette que dans les hôpitaux ou dans les athanées ,  où une salle leur est généralement réservée. Monsieur Remond : « Nous faisons tout de A à Z : nous lavons les plaies, les refermons quand c’est nécessaire – plus spécialement quand les corps sont mutilés, après des accidents ou des meurtres, qui nécessitent parfois des heures d’intervention – et maquillons les défunts avant de les traiter et de les habiller. Ce qui est relativement simple en présence d’un cadavre de poids léger peut tourner  au travail de force quand le défunt pèse plus d’un quintal. »

La durée du travail varie selon l’état de la victime, mais le tarif se situe dans tous les cas au alentour de  (1.500 F) 286, 71 € . Avec à la clé , une garantie de conservation de plusieurs jours.

Même si le « marché de la mort » est souvent décrié, cette somme paraît dérisoire comparée au rôle social de ces hommes qui, contrairement à certaines idées reçues, sont loin de gagner des fortunes  » 7000 F (1.338 €) net pour un débutant, avec des perspectives de carrière qui permettent rarement de dépasser les 12.000 F  (2.293.72 €) ou 13.000 F (2.484.86 €) ». Pas cher payé pour des professionnels taillables et corvéables à merci, qui ne connaissent ni dimanches ni jours fériés (« comme si les gens prenaient un malin plaisir à mourir le week-end » !), et traitent aussi bien des dépouilles saines que des défunts atteints du sida ou d’autres maladies contagieuses.

« Savoir cloisonner »

Ces croque-morts des temps modernes doivent allier à leurs compétences  technique de solides qualités humaines, et plus encore  psychiques. « Il ne faut jamais perdre de vue le caractère sacré de tout être devant la mort. Savoir à chaque fois se mettre à la place des familles. En trouvant les mots justes, sans jamais donner l’impression qu’il pourrait s’agir d’un travail de routine  »  confie M. Paul Vuillot, directeur de la SOTHAM, qui est basée à Marseille et rayonne sur tout le Sud-Est.

« Contrairement à ce que beaucoup pensent, nous avons le sentiment de faire un métier valorisant, qui n’enlève rien à notre sensibilité. Il est toutefois  indispensable pour nous d’être capables de cloisonner et de faire le vide dans nos têtes si l’on veut tenir le coup », poursuit Gérard Remond .

Dotés d’un solide équilibre nerveux, les thanatopracteurs apprennent à voir la camarde avec un certain recul, sinon une certaine hauteur.  » Entre nous, on en parle peu. Chacun, en fonction des ses croyances, conserve ses idées. En fait, nous n’en avons ni plus ni moins peur  que quelqu’un d’autre. A force de côtoyer la mort, nous devenons peut-être seulement plus fatalistes. Plus philosophes ».

  1. Explication du mot Thanatopraxie : du grec thanatos, génie de la mort et praxein, qui signifie, manipuler, traiter.

Une pratique de plus en plus courante.

Mises au point sous Louis-Philippe par le français Jean-Nicolas Gannal, puis utilisées par les américains pendant  la Guerre de Sécession et réapparues en France dans les années soixante, les techniques de conservation des corps ont aujourd’hui acquis leur lettres de noblesse. Fini le temps où n’importe qui se bombardait  embaumer en scellant sur le pas de sa porte une superbe plaque en cuivre. Un diplôme national est même en train de voir le jour, avec l’aval du C.N.E.R.T.  (Conseil National d’Etudes et de Recherches Thanatopraxiques).

De plus en plus de personne ont recours, pour des proches décédés, à cette méthode qui, par injection artérielle d’un produit miracle à base de formol, permet de donner l’image du repos éternel à des êtres ayant hélas ! le plus souvent beaucoup souffert pour en découdre avec la vie, 95 %  aux USA –  où certains se font traiter en situation comme le PDG de Coca-Cola qui reçut, cigare au bec, un hommage posthume au volant de sa rutilante Cadillac – et à peine moins  en Grande-Bretagne et dans les pays nordiques. En France, où l’on recense  en moyenne 550.000 décès par an, 30 % seulement des personnes ont recours à la thanatopraxie, mais avec une notable exception pour la Côte d’Azur, où le pourcentage frôle les 80 %.

Source  : Michel BARELLI

Archives (Nice-Matin).

Publié dans JOURNAL DU THANATOPRACTEUR - THANATOFRANCE. | Laisser un commentaire

Pathologie : Ralentissements du rythme cardiaque « IMPLANTATION D’UN STIMULATEUR »

LE PEACE – MAKER

Image ci-dessous :

Image radiographique du pace-maker installé montrant le routage de fil


Stimulateur cardiaque ou (Pace-maker)

ppm.jpg

Image associée

pm3.png



 On peut voir trois pistes dans l’ exemple ci-dessus d’un dispositif de resynchronisation cardiaque: un cordon auriculaire droit (flèche noire solide), un plomb ventriculaire droit (flèche noire pointillée) et un plomb du sinus coronaire (flèche rouge). Le front du sinus coronaire s’emballe autour de l’extérieur du ventricule gauche, ce qui permet une stimulation du ventricule gauche. Notez que le plomb ventriculaire droit dans ce cas a 2 aspects épaissis qui représentent des bobines de conduction et que le générateur est plus grand que les générateurs de pacemaker typiques, ce qui démontre que ce dispositif est à la fois un stimulateur cardiaque et un défibrillateur cardioverseur capable de délivrer des chocs électriques dangereusement rapides Rythmes ventriculaires anormaux.

Illustration du pacemaker cardiaque implanté montrant les emplacements du stimulateur cardiaque


Généralité sur le système circulatoire :

Vidéo :

Mise en place d’un PACE-MAKER :

Vidéo :

Concernant le patient :

Votre état cardiaque nécessite la mise en place d’un stimulateur. Il s’agit d’un traitement courant, fiable et efficace de certaines maladies du coeur essentiellement des ralentissements du rythme cardiaque. Ce type d’anomalie peut survenir chez des patients ayant ou non une maladie cardiaque préexistante et ne peut être résolu par des médicaments.

Un stimulateur, mis en place au-dessus de la clavicule sous anesthésie locale (rarement générale) lors d’une intervention chirurgicale, est relié au coeur par une ou plusieurs sondes-électrodes introduites par voie veineuse. Après l’opération, des tests puis un suivi régulier sont nécessaires afin de vérifier le bon fonctionnement  de l’appareillage. Ces contrôles sont effectués à l’aide d’ordinateur spécial appelé programmateur, permettant de communiquer de manière indolore avec le stimulateur et d’en modifier si besoin les réglages. Un carnet indiquant que vous êtes porteur d’un stimulateur vous sera remis.

Comme toute procédure chirurgicale, l’implantation d’un stimulateur expose à un risque anesthésique variable selon qu’il s’agit d’une anesthésie locale ou générale ainsi qu’à de possibles complications exceptionnellement  mortelles.  Les complications précoces incluent notamment le risque d’hémorragie (surtout en cas de traitement anticoagulant), d’infection, de complications vasculaires, d’arythmie, de pneumothorax ou de déplacement de sonde, certaines de ces complications peuvent nécessiter une reprise chirurgicale précoce.

A distance de l’opération, une ré intervention peut être requise pour une défaillance du système ou pour menace d’extériorisation. Elle s’avère de toute façon nécessaire pour remplacer le boitier après quelques années de fonctionnent en raison de l’usure inéluctable de la pile.

Source : Société française de cardiologie.

Publié dans PATHOLOGIES | Laisser un commentaire

Avancées – Cancer de la prostate détecté par « des chiens renifleurs »

Résultats de recherche d'images pour « Chiens renifleurs pour traquer cancers de la prostate »

Des chiens renifleurs pour traquer certains cancers.

L’aide des chiens renifleurs n’est plus à prouver. Que ce soit pour détecter une odeur éventuelle de substance illicites, pister un individu ou encore pour détecter des explosifs, l’odorat d’un chien, avec de l’entraînement, est plus performant que n’importe quel capter électronique. Il pourrait dorénavant reconnaître certains cancers…

Grâce à l’extrême sensibilité de l’odorat des chiens, des médecins envisageraient de  mettre au point un simple test urinaire pour déceler précocement des cancers les plus dangereux . « Un berger malinois, formé par l’armée de l’air française, est déjà capable de renifler le cancer de la prostate. Un deuxième chien est en formation. Ce sont les premiers chiens formés en France pour détecter des cancers »,  explique le professeur Olivier Cussenot, urologue-cancérologue à l’hôpital Tenon, à Paris, et qui est à l’origine de l’initiative selon l’AFP. Et la démonstration montre une « spécificité et sensibilité de 91% » de l’odorat canin, selon des résultats publiés récemment  dans la revue spécialisée European Urology, dont il est cosignataire . « Nous avons été surpris des performances », ajoute le spécialiste.

Comment est-ce possible ?

Il existe des molécules volatiles liées au cancer de la Prostate, comme par exemple, la sarcosine , spécifique de cancers agressifs. Et une molécule volatile peut être détectée par l’odeur. C’est là que le flair du chien joue une rôle important car il pourra reconnaître le « parfum » de ces molécules volatiles. Cet intérêt pour le flair canin n’est pas récent. En effet, en 1989, la revue médicale The Lancet  rapportait déjà des cas de chiens flairant une lésion cancéreuse de la peau, le mélanome. D’autres observations de chiens détecteurs de cancers notamment du poumons par le biais de l’haleine, ou encore de cancer de la vessie en flairant l’odeur des urines ont été rapportés dans la littérature médicale. Avec  71 500 nouveaux cas et 8 790 décès en 2010, selon les estimation de l’Inca (Institut du cancer), cette recherche sur le cancer de la prostate représente un enjeu de santé publique.

Une technique à mettre au point.

Mais le dépistage systématique  que certains urologues conseillent aux hommes  entre 50 et 75 ans fait l’objet de controverses, à cause d’un test contesté. Ce test PSA est un dosage sanguin d’une substance naturellement  secrétée par cette glande, l’antigène spécifique prostatique (PSA). Or, « le test PSA n’est pas idéal  » pour le dépistage, convient le Pr Cussenot. « 80% des hommes testé positifs n’ont pas de cancer, mais une inflammation ou une hypertrophie (gonflement de la prostate. Inversement avec ce test, il y a 10% de faux négatifs (des cancers qui lui échappent) », résume-t-il. Le diagnostic n’est assuré qu’ après biopsie. L’enjeu est donc de repérer les cancers qui risquent  de tuer. D’où l’importance d’avoir des méthodes de détection des cancers agressifs, ceux qui sont à risque d’évolution rapide. Dans ce contexte, le professeur Olivier Cussenot et son équipe tente « de reconstituer les combinaisons de molécules détectées par le chien et qui sont des signatures du cancer ». Pour y parvenir, il travaille avec Christophe Junot , chercheur du commissariat à l’énergie atomique.

Source Professeur Olivier Cussenot – Urologue-Cancérologue.

Publié dans PATHOLOGIES | Laisser un commentaire

CORPS SECTIONNES – Comment traiter un corps sectionné en thanatopraxie.

Cours en ligne.  

CORPS SECTIONNES, Comment traiter un corps sectionné en thanatopraxie

Cours téléchargeable et imprimable (PDF)

Résultats de recherche d'images pour « bouton telecharger pdf »

Avec dictionnaire intégré, cliquez sur le mot dans le cours PDF.

 

 

Publié dans Imprimés PDF téléchargeables, THEORIE DES SOINS DE CONSERVATION. | Laisser un commentaire

Soins théoriques en thanatopraxie – ACCIDENT OU LES MEMBRES ONT ETE SECTIONNES. Comment traiter ces membres sectionnés en thanatopraxie.

Cours en ligne.  

ACCIDENTS OU LES MEMBRES ONT ETE SECTIONNES, Comment traiter ces membres sectionnés en thanatopraxie

Cours téléchargeable et imprimable (PDF)

Résultats de recherche d'images pour « bouton telecharger pdf »

Avec dictionnaire intégré, cliquez sur le mot dans le cours PDF.

 

Publié dans Imprimés PDF téléchargeables, THEORIE DES SOINS DE CONSERVATION. | Laisser un commentaire

DECES PAR PENDAISON – Comment traiter le corps en thanatopraxie –

Cours en ligne.  

DECES PAR PENDAISON, Comment traiter le corps en thanatopraxie

Cours téléchargeable et imprimable (PDF)

Avec dictionnaire intégré, cliquez sur le mot dans le cours PDF.

Résultats de recherche d'images pour « bouton telecharger pdf »

Retenons :

Attention : toute mort par pendaison est une mort violente et pouvant être suspecte (criminelle) => conséquences médicolégales
Caractéristiques de la pendaison

Retenons :

  • majorité des cas, volontaire (700 morts /an en France)
  • fréquence importante chez les hommes et zone rurale,
  • milieu pénitentiaire ou psychiatrique.
  • Accidentelle : enfant +++ (cordon de rideau, écharpe)
  • Si le décès n’est pas immédiat, le pronostic est fonction de l’importance de l’anoxie et de l’œdème cérébral

Clinique : 3 phases

  1. Phase initiale (< 2mn) : Céphalées, bourdonnements, sifflements oreille, sensations lumineuses puis lourdeur jambes, Perte de Connaissance
  2. Phase convulsive (brève) : Grimaces puis mouvements tonicocloniques face vers Membres inférieurs, tambourinage des pieds
  3. Phase de mort apparente : Immobilité totale + apnée puis ACR (Arrêt Cardio Respiratoire) (12 minutes)

PENDAISON – Constatation : 

Médico-légal :

L’immobilité totale avec apnée s’installe. D’après les légistes anglais, l’activité cardiaque cesse au plus tard une douzaine de minutes après la pendaison. D’une façon générale, l’aspect du visage (pâleur ou cyanose) dépend, outre de la position du nœud, de la durée de l’agonie et des possibilités respiratoires pendant ce temps. Il est fréquent d’observer des pétéchies du visage, et plus particulièrement des conjonctives oculaires, ainsi qu’une Protrusion et des morsures de la langue. Le sillon cervical typique, plus ou moins marqué selon les circonstances, reproduit sous le maxillaire inférieur toutes les irrégularités du lien.

Contrairement à la strangulation où il est plutôt horizontal, il est, en cas de pendaison, habituellement ascendant, profond au niveau de l’anse et absent près du nœud, sauf si celui-ci est réellement coulant .Parfois, d’autres lésions très différentes sont constatées, qui ont pu accompagner ou précéder la pendaison. Il peut s’agir de plaies par arme blanche (section de vaisseaux à la lame de rasoir, coup de couteau dans le thorax ou l’abdomen) ou coup de feu devant entraîner la suspension par affaissement du corps.

 

Publié dans ANATOMIE | Laisser un commentaire