L’HABILLAGE DES DEFUNTS – Conseil & texte de l’ EFSSM.

 
L’HABILLAGE DES DEFUNTS
C’est le dernier don qui est fait envers le défunt. Jusqu’à présent, nous avons soigné l’intérieur de son corps. Maintenant il s’agit d’apporter tous les arrangements nécessaires à sa présentation extérieure.
 
L’habillage est donc une part importantge de la prestation du thanatopracteur, car il est immédiatement visible par la famille et les amis d’où la notion actuelle de soins d’hygiène et de présentation.
 
En vue du dernier voyage vers d’autres sphères, selon diverses croyances, le corps doit être impeccablement propre, autrefois ce rôle "d’appropriation" était dévoulu à des femmes "d’un certain âge" qui paradoxalement inervenaient également pour les naissances, elles devaient être pures de toutes souillures féminines. Elle seules avaient le "droit"  de voir le corps nu. Elles égtaient une porte d’entrée dans un monde nouveau. Les hommes intervenaient plus que rarement dans cette tâche.
 
Ces femmes appelées quelquefois "ensevelisseuses" "mères"étaient connues des familles, elles vivaient au sein de la communauté du village, elles étaient choisies pour leurs qualités humaines d’amour d’autrui, de service, de sensibilité. Ce n’était pas une main "étrangère" mais au contraire une main "amie" qui faisait ce qu’il faut pour le grand passage dans la totale confiance de la famille. Elles effectuaient un acte de compassion qui se limitait à un lavage du corps, son habillage et son positionnement sur le lit mortuaire tout en psamodiant des cantiques.
 
Cette époque est maintement quasiment révolu, ce sont les professionnels des services funéraires qui ont pris lea relève et parmi eux des spécialistes : les thanatopracteurs. C’est un profond chantement vis à vis des familles qui confient leurs défunts à des mains étrangères, inconnues, "professionnelles".
 
C’est justement cette absence de "reconnaissance" implicite qui rend la présence du thanatopracteur délicate. Celui-ci est un professionnel, il n’a pas le droit à l’erreur.
Ce qui était valable autrefois dans le village ne l’est plus de nos jours.  Celà doit être parfait.
 
Le thanatopracteur n’est pas un homme ordinaire, il est admis dans l’intimité des morts pour le bien-être et la paix des vivants. Il prend en charge sur lui-même tout l’aspect matériel mais son actge l’amène à endosser une part spirituelle. Il doit avant tout aimer les autres en général, les supporter dans toutes les manies, pour accepter sans la moindre réticence toutes les difficultés que peut présenter un corps mort avec les dégradations parfois rapides qui s’ensuivent. Sans celà, il n’est guère possible d’effectuer pleinement ce travail de compassion.
 
Le Professeur OLLIER l’a très bien exprimé lors d’une conférence sur l’éthique et la thanatologie "Mon exposé ne s’adresse pas aux techniciens mais aux femmes et aux hommes  qui ont ou qui doivent avoir le respect dû aux morts et aux familles attristées. La meilleures des techniques ne vaut rien si elle n’a pas un objectif noble. Votre travail est difficile, très difficile parfois. Il supporte une charge mentale très lourde. Mais elle peut s’alléger si une culture humaniste voire religieuse vous imprègne et vous anime. Dans le cas contraire vous êtes des manipulateurs de cadavres dont une gratification pécuniaire ne peut suffire à donner un sens à la vie, à votre vie personnelle. Dailleurs la pluspart d’entre vous savent que le programme pédagogique de la préparation au diplôme national de thanatopracteur comprenc un enseignement de culture générale trops succint"
 
Il doit développer des vertus d’humilité, de discrétion, de propreté, de savoir-être plus q’aucun autre car rien ne lui sera pardonné. D’autant plus que c’est souvent le premier intervenant dans le déroulement des funérailles.
 
Autrefois, le défunt était habillé très scuccintement puis déposé dans un linceul qui enveloppait le corps.
 
Depuis de nombreuses années maintenant, les familles souhaitent que leur défunt parte avec ses habits préparés dans ce but. C’est souvent un costume du "dimanche" "Le défun ne doit point être revêtu d’habits communs". Il faut veiller malgré tout à la propreté de ces habits et ne pas hésiter à les faire changer. Tous les habits apportés doivent être utilisés y compris les chaussures.
 
La technique pour l’habillage consiste-après avoir passer les sous-vêtements, les chaussettes, bas ou collants et le pantalon ou la jupe, à enfiler les habits à manche par dessus la tête, après les avoir étaler à l’envers sur le corps, c’est-à-dire vue dorsalement et col disposé sur le bassin.
 
Les manches sont glissées le long des bras,  ceux-ci seront relevés derrière la tête et il suffira de ramener la partie dorsale de l’habit par dessus la tête et le col se trouvera à sa bonne place.
 
D’où l’importance de bien manipuler le corps, de la rupture de la rigidité cadavérique et d’une parfaite propreté du corps.  A ce stade, il est trop tard pour laver les cheveux ou le corps de toutes souillures.
 
Les manches, inévitablement torsadées et les pans d’habits seront tendus en veillant à bien aligner l’épaulement et lorsque tout sera en place, c’est seulement à ce moment là que les boutons seront boutonnés. Car si un bouton se détgache, il faut le recoudre.
 
Pour éviter que les habits ne "baillent" en amas sur la poitrine, ils doivent-être tendus systématiquement l’un après l’autre. Pour faire ce geste, point n’est besoin de retourner complètement le corps sur le ventre, il suffit de le tourner par demi-côté en exerçant une traction au niveau de l’épaule et des fesses en le ramenant à soi pour "descendre" les habits dans le dos et remonter slip ou pantalon dans la même opération. Agir de même pour le côté opposé. Ceci pour chaque habit.
 
Celà demande un peu de doigté et de logique c’est aussi le but des stages pratiques.
 
Pour effecgtuer les habillages, ayez toujours les mains propres, sans dépôts de produits de maquillage ni ide talc contenus dans les gants.
 
Il est un point particulier qui présente toujours des difficultés pour le débutant, c’est le noeud de cravate.
 
La plupart du temps, il y a une cravate quelle qu’ait été la position sociale dudéfunt car il existe des cravates pour tous les goûts, stricte ou fantaisie, tissu, soie ou cuir.
 
La cravate est un symbole du goût et du savoir-vivre. Il existe plusieurs façons de la porter, serrée au cou, relachée largement, volumineuse… Dans le cas d’un défunt, il est de coutume de la remonter sous le col, le dernier bouton de la chemise fermé. Elle sera centrée parfaitement pour chacher le dernier boutons et donner une impression d’équilibre.
 
Lorsque le noeud de cravate est correctement réalisé, sa partie la plus large doit arriver exactement au niveau de la ceinture du pantalon et la pointe doit tout juste la dépasser. Le noeud de cravate doit être impeccablement réussi, ceci en une seule fois pour éviter de froisser le tissu par des essais multiples.
 
Quelquesfois, la cravate sera remplacée par un noeud papillon, dénoué. A vous d’en faire quelque chose ressemblant à un noeud.
 
Certains défunts portent étgalement une pochette dont seulement les pointes doivent apparaître.
 
Il existe de multiples méthodes pour effectuer un noeud de cravate que tout thanatopracteur doit savoir faire ne serait-ce que pojur ses propres cravates. Nous n’étudierons à l’aide de schémas que les plus courants, c’est-à dire :
 
*le noeud simple.
ce type de noeud est le noeud de base courament porté par la majorité des hommes, il laisse une grande longueur à la cravate. Un petit pli qui mettra la cravate en valeur se formera souvent juste sous le noeud
 
* le noeud Windsor simple
ce type de noeud est également très prisé des porteur de cravate, il est parfaitement équilibré.
 
* le noeud Windsor double
ce type de noeud présente seulement une légère variangte par rapport au précédent, il est parfaitgement équilibré également.
 
Les schémas sont pour les droitiers, les gauchers exécuteront les instructions en inversant les côtés droit et gauche Essayez de faire le noeud le plus haut possible pour avoir moins à tirer en final
 
ScannedImage-2
 
 
 
 

À propos de thanatofrance

Souhaitant promouvoir la profession de thanatopracteur et d'élaborer également une aide aux étudiants thanatopracteurs, des thanatopracteurs professionnels ainsi qu'un collège de thanatopracteurs avons souhaité mettre en ligne ce site qui nous l'espérons vous apportera toutes les aides en vue de la préparation au diplôme National de Thanatopracteur. Toutes suggestions étant bien venues ! Le Président. POLIMENI Carmel.
Cette entrée a été publiée dans THEORIE DES SOINS DE CONSERVATION.. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s